Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 31 décembre 2006

LES ETAPES DE LA CONSTRUCTION DU PAYS PEVELOIS

         

            Un projet commun qui liera  pour 15 ans : La Communauté de Communes du Pays de Pévèle, la Communauté de Communes Orchies-Beuvry la forêt, la commune de Pont-à-Marcq, la Communauté de Communes Espaces en Pévèle, La Communauté de Communes Rurales de la vallée de la Scarpe et la Communauté de Communes du Carembault.

 

Thèmes des ateliers Dates et horaires Lieux
Tourisme, patrimoine, culture et loisirs Jeudi 4 janvier 2007 Mairie de Templeuve, Château Baratte
Agriculture, paysage et environnement Mardi 9 janvier 2007 Sars les Rosières  Maison des agriculteurs
Infrastructure de transports et habitat Mercredi 10 janvier 2007 Mairie de Nomain
Actions sociales et services à la population  Mardi 16 janvier 2007 Mairie d'Orchies,  salle du conseil municipal

 

Economie, emploi et formation  Mercredi 17 janvier 2007 Salle Polyvalente : la Clairière de La Neuville

- Une réunion de synthèse inter atelier aura lieu le : Jeudi 25 janvier 2007 à PONT A MARCQ

- Février 2007 Deuxième Assises du Pays Pévèlois

- Avril 2007 Installation du Conseil de Développement

- Avril à Juin 2007 écriture de la Charte de Développement

- Automne : Finalisation de la charte de développement et élaboration d'un contrat de Pays

- Fin d'année 2007 : 3ème Assises du Pays Pévèlois et signature du Contrat de Pays avec les partenaires financiers.

20:00 Écrit par Alain DUCHESNE dans Pays pévèlois | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : UDF, PS, UMP

samedi, 18 novembre 2006

Premières assises du Pays Pévèlois

Morceaux choisis de mon intervention aux premières assises de construction du Pays Pévèlois (le 18 Novembre 2006) où 38 communes étaient représentées.

« Je tenais à vous faire part de ma satisfaction,  de voir enfin des hommes politiques de droite et de gauche se rassembler autour d’un projet commun.

Il y a un an j’avais déjà organisé une réunion des maires à Tourmigines sur le thème des enjeux de la construction du Pays de Pévèle et sur les effets dommageables du retard pris en la matière…

La construction du Pays Pévèlois est nécessaire si nous voulons être identifiés par l’Etat, la Région et par l’Europe. La construction du Pays Pévèlois nous permettrait d’être éligible aux fonds Européens dont une grande partie de notre territoire est privée.

Par ailleurs, il est évident que nous aurons à définir nos finalités sous couvert d’un développement durable  volontariste. De nombreuses actions pour être efficaces doivent être pensées à un échelon supra-communautaire… Ainsi, par exemple, en va-t-il du tourisme qui nécessite une cohérence au niveau du Pays Pévèlois. A la fois sa définition devra être respectueuse de notre environnement et identifiable à l’extérieure de notre périmètre…C’est un développement  touristique durable et commun qu’il faudra construire…

            Au regard du retard pris, l’élaboration de notre Charte de Développement, la constitution de notre Conseil de Développement seront-t-elles achevées à temps pour que nous puissions saisir l’opportunité que représente entre autres l’échéance du contrat de projet Etat-Région 2007-2013 ? ».

 

18:06 Écrit par Alain DUCHESNE dans Pays pévèlois | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : Politique, UDF, Village

dimanche, 12 novembre 2006

Pour la sérénité du Pays Pévèlois, il est temps d’en revenir à une démocratie participative les premières assises tombent à pic !

Communiqué de presse du 12 novembre 2006

Les querelles politiques actuelles sont le reflet du retard pris par la Pévèle concernant les notions de démarches de projet et de contractualisation territoriale.
Pourquoi ? Parce que derrière le débat qui consiste à savoir s’il faut s’inscrire ou non dans l’appel à projet pôle d’excellence rural, il y a une autre question, beaucoup plus fondamentale à laquelle nous ne pouvons pas encore répondre ? : Quelles  sont nos priorités de développement pour les 5, 10, 20 prochaines années ?

 

La priorité est-elle l’accueil d’entreprises et le développement des NTIC ? Est-elle le développement touristique et culturel ? Est-elle l’amélioration du cadre de vie et du logement ?  Est-elle le renforcement  des services à la population ?


La réponse à ces questions passe par une démarche construite (diagnostic, enjeux, définition d’un programme d’actions…) et partenariale que peut incarner la constitution d’un Pays.

Quelles sont nos faiblesses, comment y remédier, avec quelles priorités dans le temps…voilà les questions que nous devons d’abord nous poser rapidement ! Pour cela les 1ères assises tombent à pic, car elles permettront d’accélérer sérieusement la démarche de Pays et d’esquisser de premiers éléments de réponses à toutes ces questions.

Pour autant, il ne faut pas opposer PER et Pays…c’est un faux débat…l’un vise à soutenir une filière d’excellence sur un territoire, l’autre à concrétiser un projet de territoire dans toutes ses composantes. Les deux sont mêmes complémentaires : le PER peut être un élément majeur de notre projet de Pays, mais un élément à côté d’autres sujets à traiter. D’ailleurs,  avec un peu de méthode et de consensus sur la question, la démarche du PER peut même constituer un “ catalyseur ” pour accélérer l’écriture de notre charte de pays…le tout est d’être d’accord sur la thématique d’excellence à soutenir et sur les coûts qu’il s’agirait de supporter pour les communes membres du Pays au regard des avantages.

Mais de cela c’est aux communes d’en décider, il est temps d’en revenir à une démocratie participative sur le sujet !


17:43 Écrit par Alain DUCHESNE dans Pays pévèlois | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, village

samedi, 21 octobre 2006

Le Pays Pévèlois

Communiqué de Presse : Alain Duchesne, Maire de Tourmignies, le 18 Octobre 2006, La voix du Nord

 

Pays versus Pôle d’excellence rurale ?

 

Créer un Pays c’est promouvoir une façon de travailler qui privilégie le consensus, la participation des habitants et des acteurs socioéconomiques. En cela le Pays permet le développement d’une démocratie participative accrue. C’est une démarche de longue haleine, nécessitant de partager un diagnostic et d’élaborer des priorités de développement en partenariat avec la société civile et les partenaires institutionnels.

La démarche Pays est « une attitude, une volonté » qui permet d’affirmer une identité propre et d’être reconnu par les partenaires institutionnels (Etat, Région, Département, Union Européenne…) et ainsi d’être éligible à certains crédits.

La constitution d’un Pays Pévèlois n’est pas antinomique d’une réflexion visant à répondre à l’appel à projets sur les pôles d’excellence rurale. C’est d’ailleurs dans ce sens que s’est inscrite la démarche Pays de Lys romane (dont la situation est proche de la Pévèle car c’est un pays en émergence), dont un projet de maison du Tourisme devrait être labellisé par l’Etat.

Cependant  répondre à l’appel à projets dans le cadre des pôles de compétences rurales nécessite que les communes concernées soient averties au préalable des conséquences financières que cela pourrait engendrer.

Pour notre territoire, le projet de couverture très haut débit (appelé Services innovants et structurés en réseau) porté par l’association Pévèle 2000, s’il était retenu dans le cadre des  pôles d’excellence rurale ne pourrait espérer qu’un financement à hauteur de 30 % par l’Etat et obligerait les Communautés de Communes du Pays de Pévèle, la Communauté de Communes du Carembault, la Communauté de Communes d’Orchies-Beuvry la Forêt, la Communauté de Communes rurales de la Vallée de la Scarpe et la Commune de Pont-à-Marcq à couvrir le reste (soit environ 160 000 euros pour chaque communauté de communes).

Je pense que ce projet pourrait être intégré à la charte de développement ce qui nous permettrait d’obtenir des sources de financement bien supérieures. Mais la décision reviendra au Conseil de Développement, une fois qu’il sera constitué.

Plutôt que de se confronter (en référence à la visite du Ministre Estrosi et le communiqué de presse de Dominique Bailly), pour savoir laquelle des politiques (sur les pays) proposées par l’Etat ou la Région est la meilleure, réjouissons nous que l’Etat et la Région mettent en place des dispositifs financiers conséquents pour le  développement des territoires ruraux (pôles d’excellence rurale pour l’Etat et contrat de Pays 2007-2013 avec un objectif de un million d’euros par an pour le Conseil régional).

Interrogeons nous d’abord sur ce que nous voulons faire de notre territoire et comment les dispositifs mis en place par les uns et les autres peuvent nous permettre d’atteindre nos objectifs.

La démarche de construction du Pays est encore longue (diagnostic et charte restant à élaborer, réunion de première assises en novembre), il faudra être prêt fin 2007 pour espérer être éligible au contrat de Plan Etat Région.

Il ne faut pas se laisser disperser par les enjeux politiques à venir si nous voulons pouvoir profiter de toutes les opportunités qui s’offrent à nous pour amorcer les grands projets attendus par nos citoyens.

12:10 Écrit par Alain DUCHESNE dans Pays pévèlois | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : UDF;Village ; politique

mercredi, 18 octobre 2006

Pays de Pévèle en marche

Force est de constater que depuis le 27 septembre 2005 la construction du Pays de Pévèle n'a jamais été aussi dynamique. Date à laquelle j'avais, avec le soutien de l'Etat, de quelques élus, initié une réunion sur les enjeux de la construction du Pays de Pévèle. Chacun y trouvera en fonction de sa sensibilité une plus ou moins grande causalité.

Aujurd'hui en intégrant la commune de Pont-à-Marcq notre territoire est homogène. Le recrutement d'un développeur, nous l'espérons, devrait nous permettre d'être éligible au contrat de Plan Etat-Région 2007-2012. Reste à en définir les grands axes de politique commune et à organiser une conférence des maires en présence des représentants de l'Etat, pour expliquer aux parties prenantes les véritables enjeux de la construction du Pays de Pévèle.

21:15 Écrit par Alain DUCHESNE dans Pays pévèlois | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Politique

mardi, 24 janvier 2006

Le Pays de Pévèle : trente ans de léthargie

Cela fait trente ans que le Pays de Pévèle est attendu. 30 ans de léthargie et certains s’offusquent qu’on les sorte de leur sommeil.

Notre territoire est l’un des derniers du Nord Pas de Calais à ne pas s’être constitué en Pays.

 

Les Pays traduisent la volonté des EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale) et de communes isolées de s’associer pour travailler ensemble. Ce regroupement qui ne constitue pas un niveau administratif supplémentaire, permet d’obtenir une taille minimale efficace afin de mener des projets que la dimension des EPCI n’autorise pas. La constitution d’un pays de Pévèle permettrait ici de profiter d’économies tout en permettant l’éligibilité du territoire à de nombreuses ressources financières supplémentaires.

Si nous voulons enfin être éligible au contrat de plan Etat-Région il nous faut accélérer la construction du Pays Pévèlois. Les échéances sont proches il nous faudra être prêt pour le contrat de plan Etat-Région 2007-2013.

Par ailleurs une grande partie du territoire concerné par le périmètre du Pays  de Pévèle n’est pas éligible aux fonds structurels européens. Or suivant la nature des projets retenus par la charte de développement du Pays la construction du Pays de Pévèle permettrait de faire appel à certaines ressources européennes.

En dehors de ces aspects financiers, un Pays c’est aussi la réalisation d’une charte qui établit de grandes orientations politiques afin que les communes qui le composent puissent donner un sens commun à leurs démarches. C’est ce sens commun qui en renforçant l’identité du Pays permettra aux institutions de l’identifier et de le soutenir. Nous le voyons bien le contrat de Pays témoigne de la volonté d’agir ensemble sur un territoire. Il constitue le cadre d’une intervention partagée. Toute position politique non prise dans la concertation pourrait faire échouer le projet de constitution du Pays Pévèlois. C’est dans un cadre démocratique que doit se définir un projet de développement durable et non par communiqués de presse interposés. Ce projet qui sera porté par une charte devra par exemple définir notre positionnement en matière touristique, en matière d’énergies renouvelables, en matière de fuseaux autoroutiers… Autant de questions sans réponses qui nuisent à l’efficacité de nos politiques et qui les retardent, c’est le cas pour la définition du projet touristique sur le parc de Tourmignies qui doit s’inscrire dans un cadre plus large que la Communauté de Communes du Pays de Pévèle et qui doit trouver au moins une cohérence spatiale à l’échelle du Pays de Pévèle et même au-delà. Nous le voyons bien le retard pris dans la construction du Pays est dommageable pour notre territoire.

Restera à déterminer où la « Maison de Pays » devra s’établir mais là encore des divergences apparaissent qui pourraient retarder la constitution du Pays.

 

En initiant la réunion des maires à Tourmignies le 27 septembre 2005 avec l’appui de l’Etat sur la problématique du Pays Pévèlois « le réveil a sonné et le compte à rebours s’est déclanché ». Je me félicite que certains sortent de leur sommeil et réagissent. C’était l’objectif de cette réunion, force est de constater qu’il est atteint. Désormais peu importe que la réunion de construction du Pays de Pévèle se fasse à Tourmignies, l’important est qu’elle se fasse démocratiquement en présence de tous les maires du territoire concerné comme je l’avais initié à Tourmignies et surtout que nos grands élus s’inscrivent dans la philosophie de la démarche Pays et retrouvent un peu de sérénité, pour servir l’intérêt collectif et ce « même si le réveil est difficile ». 

21:20 Écrit par Alain DUCHESNE dans Pays pévèlois | Lien permanent | Commentaires (2)

vendredi, 30 septembre 2005

La route sera longue ?

Hier soir à Tourmignies, Dominique Bailly, le président de la Communauté de Communes d’Orchies- Beuvry, quelques vice-présidents de communautés de communes et maires ont répondu à mon invitation et celle de Pierre Vandekerkof adjoint au maire de Pont-à-Marcq.

Dominique Bailly l’a rappelé : cette initiative a déjà permis d’accélérer la création du Pays, les présidents des communautés de communes en réaction à cette initiative se sont rencontrés pour avancer sur le projet de création du Pays Pévèlois.

J’ai simplement rappelé que " La Pévèle est l’un des derniers territoires du Nord-Pas-de-Calais à ne pas s’être constitué en Pays. Il s’agit d’être prêts pour le prochain contrat de Plan-Etat-Région 2007-2013. La constitution du pays permet de donner un sens commun à certaines politiques communautaires ce qui permet de les rendre plus efficaces ". Il permet comme l’a dit Dominique Bailly d’associer au sein du Conseil de Développement tous les acteurs socio-économiques du territoire autour d’axes politiques définis en commun.

Un Vice-Président de Communauté de Communes tout en approuvant l’initiative prise rappelle que la route qui conduira au Pays sera longue. Il s’agit encore de s’entendre sur la mise en place d’une association de préfiguration du Pays de Pévèle afin d’obtenir les financements nécessaires pour recruter un chargé de mission et asseoir véritablement la volonté de construction du Pays de Pévèle. Un autre maire s’interroge sur les modalités du choix des grands axes politiques qui figureront dans la charte. D’autres questions viennent sur le choix des membres du Conseil de développement du Pays ainsi que sur son système de gouvernance.

La route est encore longue mais présidents de communautés de Communes, vice-présidents de communautés de communes, maires et adjoint présents se sont engagés à rester vigilants et à veiller à ce que la démarche se poursuive…

10:20 Écrit par Alain DUCHESNE dans Pays pévèlois | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 29 septembre 2005

Un Pays pour la Pévèle

La Pévèle est l’un des derniers territoires de la région à ne pas s’être organisé en Pays. Si ce territoire, qui en grande partie n’est pas éligible aux fonds européens, ne se constitue pas en Pays, il pourrait à nouveau passer à côté de subventions dans le cadre du contrat de plan Etat-Région 2007-2013.

En dehors de ces aspects financiers, un Pays c’est aussi la réalisation d’une charte qui établit de grandes orientations politiques afin que les Communautés de Communes et les communes isolées qui le composent puissent donner un sens commun à leur démarche. Ce sens commun est aussi un élément de l’identité du Pays qui permettra aux institutions de l’identifier et de le soutenir.

Aujourd’hui, il faut avancer sur la création du Pays de Pévèle et tout au moins déterminer une structure de préfiguration du Pays Pévélois. Il s’agit là d’un préalable afin de pouvoir obtenir de l’Etat, la Région et du Département un fonds d’aides au financement d’un chargé de mission. Il est grand temps de passer à la démarche de définition de cette structure car ces fonds ne sont pas pérennes et pourraient bien disparaître avant que la structure porteuse du Pays de Pévèle ne voit le jour.

Par ailleurs le Pays n’est pas un découpage administratif supplémentaire, il est l’émanation de la volonté d’un territoire homogène (culturellement, géographiquement sociologiquement…). C’est pourquoi il semble nécessaire que l’ensemble des maires soit convié aux premières réunions où seront évoquées les structures de gouvernance du futur Pays ainsi que le recrutement d’un chargé de mission.

La réunion que j'organise ce soir s’inscrit dans une démarche complémentaire des initiatives qui ont déjà été prises.

 

14:50 Écrit par Alain DUCHESNE dans Pays pévèlois | Lien permanent | Commentaires (0)